La Flore du Makay

L’étendue du couvert forestier dans le Makay est très diffuse, tantôt pointillé de mosaïques verdoyantes et humides, tantôt épineuses et sèches, en fonction de la topographie, de l’ensoleillement, et du taux d’humidité. Alors que les crêtes et les plateaux sont souvent dépourvus de toute végétation notable, à part quelques lambeaux de forêts sèches caractéristiques des biozones subtropicales. Sur roches exposées au vent et au soleil direct des sommets de ces plateaux, une végétation xérophile typique (Didieraceae et Euphorbiaceae) parvient à se développer malgré la faible épaisseur de sol. Dans les fonds de vallées, la densité du système hydrologique associé à un climat subtropical humide ont permis le développement de forêts galeries riveraines impénétrables, et de denses assemblages de bambous.

Enfin, des écosystèmes uniques se sont développés dans certains canyons permettant la formation de petits lacs profonds voire de marécages isolés. Ceux-ci se sont caractérisés par une végétation spécifique et exigeante dominée par des palmiers du genre Pandanus, ainsi que par la fougère Ravenea rivularis, ici abondante localement, mais en voie de disparition de manière globale.

On retrouve dans ce paysage fait de canyons profonds humides et de crêtes très sèches un flore foisonnante et unique :